Kinés, après l\'ordre... Le désordre ?

Les 143 salariés de l'ordre inquiets pour leur emploi.

 

 

La CGT de l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes s'inquiète du projet de révision de l'adhésion obligatoire

 

 

 


PARIS, 10 août 2012 (APM) -

 

Deux délégués CGT de l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes ont fait part jeudi au président de la République, François Hollande, de leur inquiétude face au projet de révision de l'adhésion obligatoire aux Ordres paramédicaux, dans un courrier dont l'APM a eu copie.

 

                 Cette mesure souhaitée par la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, devrait concerner les Ordres des infirmiers, des masseurs-kinésithérapeutes et des pédicures-podologues, récemment créés (cf APM CBPGJ003). Celui des masseurs-kinésithérapeutes a été mis en place en 2006.

 

Les modifications législatives annoncées mi-juillet "ont déclenché une vive inquiétude pour les 143 salariés qui travaillent pour les différentes structures de l'Ordre au niveau départemental, régional et national", écrivent Narcisse Ougi, délégué syndical, et Marie-Christine Cambon, déléguée du personnel.

 

"Si l'obligation d'adhérer à l'Ordre devient facultative, cela va contribuer à la fermeture définitive à plus ou moins brève échéance de ce dernier", entraînant la suppression de l'ensemble des emplois, déplorent-ils.

 

 

                                           

Ils indiquent que les dirigeants de l'Ordre ont rencontré les conseillers de Marisol Touraine le 26 juillet. "Malgré leurs arguments, les projets de proposition de loi semblent maintenus et c'est pourquoi nous sollicitons un entretien qui nous permettra de vous faire partager les inquiétudes et les craintes des collaborateurs que nous représentons", affirment-ils.

 

Les deux délégués sont membres du personnel administratif de l'Ordre, et non pas masseurs-kinésithérapeutes, a précisé Narcisse Ougi à l'APM vendredi. Il a rappelé que la CGT Santé et action sociale était, elle, opposée aux Ordres paramédicaux, et favorable à une adhésion facultative.

 

Par ailleurs, le député Jean-Marie Le Guen (PS, Paris) a déposé en juillet une proposition de loi tendant à supprimer l’obligation, pour les infirmiers, les masseurs-kinésithérapeutes et les pédicures-podologues, de s’inscrire à l'Ordre, a-t-on appris lundi auprès d'un de ses collaborateurs parlementaires. La commission de délégation de l'Assemblée nationale devrait se prononcer sur sa recevabilité en septembre.

 

Cette proposition ne tend pas à supprimer les Ordres paramédicaux, mais à mettre fin à l’obligation d’adhésion pour les praticiens, et à supprimer le droit d’accès par les instances ordinales aux listes nominatives des professionnels employés par les structures publiques et privées en vue de leur inscription automatique au tableau.

 

Fin juillet, les principaux syndicats de masseurs-kinésithérapeutes libéraux ont fait part de leur soutien à leur Ordre

 

(cf APM VGPGQ002). 

nc/ab/APM polsan

redaction@apmnews.com

NCPHA002 10/08/2012 13:00 ACTU



10/08/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres